Stats Covid-19

On meure moins du Covid-19 à Marseille et dans les Alpes-Maritimes !

Bonjour à toutes et à tous,

Pendant cette période de confinement, il est bon d’explorer de nouveaux ‘horizons’ en dehors des impôts et taxes, il va s’en dire virtuellement et, il est important de prêter une attention particulière à toute information nous permettant d’améliorer le sort de  tous, en France et ailleurs aussi.

Les recherches de traitements pour stopper cette pandémie ont ouvert la voie des controverses sur telle ou telle autre pratique médicale à grands renforts de politiques et communicants qui savent tout sur tout à longueurs d’écrans et se contredisent d’un jour à l’autre !

Ne m’attachant qu’ à résoudre des problèmes de taxation pour traquer les fraudeurs qui nous volent nos impôts et n’y connaissant rien virologie, pour me faire une idée à peu près juste des diverses propositions, je n’ai pu me fier qu’à des résultats tangibles issus de données certaines et celles que j’ai utilisé proviennent de Santé Publique France, elles sont mises à jour quotidiennement.

Les données des calculs statistiques que j’expose proviennent donc de cette adresse : Synthèse Patients Covid-19 en France

Nota : Les données utilisées ont été volontairement arrêtées au 5 avril pour ne pas cumuler les décès de nos anciens dans les EHPADs et qui auraient pu être ajoutés aux hospitalisations Covid-19 à partir de cette date.

Avec un recul de données depuis le 18 mars nous avons la possibilité d’observer des variations dans les résultats du traitement de la pandémie en fonction des lieux de traitements et il est intéressant de les comparer statistiquement.

Toutes les statistiques réalisées sont sur ce fichier Excel : stats-corona.xls Elles sont libre d’accès et de droits après téléchargement ou en lecture seule sur l’ouverture du fichier.

Dans ces statistiques, il apparaît que sur les bords de la Méditerranée les patients atteints du Covid-19 ont plus de chances de survivre à la contamination du virus et aussi de rentrer chez eux plus rapidement. Ce doit être probablement du au climat et aux Îles d’Or ensoleillées chères à Charles Trenet !

Mais quand-même nous pouvons y remarquer :

Sur les pourcentages nationaux :  55% des malades peuvent rentrer chez eux, 24% se retrouveront en réanimation et comme l’on peut l’imaginer passeront probablement par ce service, avant d’être peut-être dénombrés parmi les 21%, de ceux qui vont décéder. Ce qui ne laisse qu’un espoir de 3% de ‘s’en tirer’ quand ont est en ‘réa’ malgré les efforts incommensurables de nos soignants qui sont sur les rotules ! Le virus serai-t’il plus tueur que ce qui nous avait été annoncé quand on développe la maladie, on nous l’aurait caché ? Restez chez vous ! 

A Paris, c’est pire avec moins de retours à la maison 47% contre 56%, il faut les ajouter aux 6% de patients de plus en réanimation, mais les soins sont ‘meilleurs’ et l’on constate une augmentation non proportionnelle des décès avec un écart de 9% par rapport aux réanimations qui sont plus performantes. Un bilan de combat qui montre des résultats probants et demande à ne pas relâcher l’effort !

A Marseille, 9% des patients décèdent, soit 11% de moins que dans le reste de la France ! On peut noter que 68% des patients rentrent chez eux soit 13% de plus qu’au niveau national, surement atteints de symptômes maîtrisés moins graves de la maladie, avec un état qui n’a plus nécessité de les maintenir en hospitalisation. La moyenne des réanimations à 23% est proche des statistiques nationales, ce qui prouve que les soins prodigués à Marseille en réanimation sont plus performants en abaissant la mortalité à 9% ! Cette atténuation de mortalité est aussi peut-être le fait que les patients entrent en réanimation dans un meilleur état général ! On meure moins à Marseille !

Dans les Alpes-Maritimes, les retours à domicile avec 58% sont 3 points de plus élevés que dans le reste de la France. Les Alpes-Maritimes ne sont pas épargnées par le virus avec 27% du taux de réanimations, supérieur de 3 points de la moyenne nationale ! Malgré ce fléau constaté plus important, ces réanimations ont moins de conséquences fatales avec 6 points de moins de décès, peut-être le fait aussi que les patients entrent en réanimation dans un meilleur état général ! On meure moins du Covid-19 dans les Alpes-Maritimes que dans le reste de la France !

Aux vues de ces résultats cumulés journellement, il faut s’interroger maintenant de savoir pourquoi l’on meure moins à Marseille et à Nice et que l’on rentre plus vite à la maison alors qu’à Paris on a pas plus 3 chances sur 100 se d’en tirer quand on est en réanimation ?

Poser la question c’est y répondre. Dans ces deux sites pilotes, les résultats positifs constatés sont les conséquences des préconisations médicales du Professeur Didier Raoult et de son Équipe, qui depuis le début prônent un traitement qui est efficace dans des conditions bien précises et les chiffres confirment. Ce traitement le plus efficace connu à ce jour a le seul défaut de ne pas rapporter d’argent aux laboratoires pharmaceutiques par des brevets qui sont tombés dans le domaine publique depuis bien longtemps.

Au lieu de tergiverser sur des mots creux, les experts de tous bords souvent à la solde de ces laboratoires et les politiques de ceux des lobbies des précédents, sont maintenant confrontés au principe de réalité sur des faits avérés. Les chiffres sont incontestables produits par l’administration de l’État.

Je ne voudrais pas être à la place de ceux qui décident ou ont décidé des stratégies médicales validées depuis le début de la pandémie et durant ces dernières semaines, stratégies validées par des politiques qui les font appliquer après : les multiples cafouillages, de l’impréparation du manque de tout et des contradictions journalières, auxquels nous avons assisté depuis le début du drame. Combien de soignants on payé de leurs vies cet état (mais aussi État) d’incurie pour tenter de nous soigner tous ! Il faudra bien un jour les comptabiliser, l’État se refuse d’en divulguer le nombre.

Aujourd’hui 24 avril, plus de 20000 familles ont perdu un proche dans cette catastrophe et pour des raisons sanitaires, ils ne pourront pas les honorer dans des obsèques dignes. Ces familles, aux vues des résultats produits,  vont surement demander des comptes aux responsables le moment venu.

A vous de juger ! Les experts et politiques vont devoir maintenant nous donner des explications sur le pourquoi du comment des politiques médicales appliquées et une réponse sur ce qu’ils comptent faire dans l’avenir.

A diffuser sans modération.

Jean-François Clocheau

contacts DAGTVA. Les commentaires et remarques sont réservés au Comité de rédaction, ils ne sont pas publiés sauf si vous en faites la demande par courriel.

 

 

 

Laisser un commentaire